Posts in Artisanat
L'étonnante poterie décorée à l'huile de cade
Poterie traditionnelle berbère décorée de motifs géométriques noirs à l'huile de cade

Nous avons découvert au Maroc, dans les régions de Marrakech et de Tanger, une surprenante poterie artisanale et traditionnelle ornée de frises géométriques noires. Sur des tasses, des bols et des cruches en terre rouge non émaillée, les artisans potiers appliquent de l’huile de cade (« katran » en arabe),  à l’aide de tampons, afin de créer des décors qui peuvent être très complexes. Cette "huile" est un goudron végétal extrait du bois du genévrier. Il faut la chauffer pour la rendre liquide et pouvoir l’appliquer sur la céramique plus facilement. On prête à cette préparation beaucoup de vertus et de bienfaits et elle est la source de croyances et superstitions. Elle purifierait l’eau et chasserait les insectes. Certaines femmes berbères en mettent un peu sur le visage de leurs enfants afin de les protéger des scorpions et des serpents. C'est d'après cette tradition et avec ces artisans que nous avons travaillé sur quelques objets de la collection Eldfell. Ces motifs abstraits répétitifs se révèlent foncièrement contemporains.

Datcha - Poteries traditionnelles berbères décorée de motifs géométriques noirs à l'huile de cade. Maroc
Datcha - Artisan marocain spécialisé dans le décor de céramiques à l'huile de cade dans son atelier
Datcha - céramiques marocaines décorées de frises géométriques noires à l'huile de cade
 
Au Sud du Maroc : L'envoutante poterie verte de Tamegroute

C’est dans la vallée du Drâa, au Maroc, à une vingtaine de kilomètres de Zagora que se situe la petite ville de Tamegroute. Elle est, à l’origine, réputée pour sa bibliothèque qui abrite des ouvrages datant, pour les plus anciens, du XIe siècle, calligraphiés au brou de noix, au safran, au henné ou à l’or sur des parchemins en peau de gazelle. 

Tamegroute-1

Cette ville abrite également des ateliers de potiers dont les objets aux incroyables nuances de vert font l’admiration des passionnés d’artisanat et de décoration. Ces ateliers sont parmi les plus anciens du Maroc (ils existent depuis le XVIe siècle). La poterie de Tamegroute est spécifique à cette seule ville et est reconnaissable entre mille. C’est une production artisanale locale dont les techniques ancestrales n’ont jusqu’à aujourd’hui pas changé. Ces familles d’artisans, en se transmettant ces traditions et ce patrimoine, gardent précieusement ce savoir-faire, ces recettes et ingrédients secrets.

photo : Magnus Manske

photo : Magnus Manske

L’argile utilisée par les potiers provient des alentours. Extraite de galeries souterraines, elle est foulée au pied afin d’être travaillée. Une fois tournée, en bols, saladiers, pots, cruches, assiettes, tuiles décoratives, elle est mise à sécher au soleil.

photo : Nomadensolo

photo : Nomadensolo

C’est un alliage de manganèse (contenu dans le khôl), d’oxyde de cuivre et de farine d’orge qui donne à l’émail des poteries de Tamegroute cette palette si riche allant du vert sapin au vert olive. Sans l’ajout du cuivre, les artisans obtiennent un émail brun/ocre.

photo : Linda de Volder

photo : Linda de Volder

Une fois les objets recouverts de cette pâte, ils sont mis à cuire à l’étouffé dans des fours de pierre. Le mélange d’herbes sèches, de bois et de feuilles de palmes dégage une épaisse fumée noire.

photo : Madeleine & Pascal

photo : Madeleine & Pascal

photo : Edith-Kohlbach-Reisebücher

photo : Edith-Kohlbach-Reisebücher

Le résultat est une poterie épaisse, rustique, authentique, aux teintes de vert riches et profondes et à la surface accidentée, avec des coulures, des gouttes, des ondulations. Ce sont toutes ces imperfections que nous apprécions dans cette vaisselle du Sud marocain.

photo : Datcha, Paris

photo : Datcha, Paris

 
L'artisanat : une invitation au Voyage.

Pays froid au soleil brûlant, le Maroc dans les kasbah et les douars fait vibrer la magie de son artisanat ancestral, au service d'une esthétique de tous les savoir-faire perpétuant la beauté dans le quotidien.

P1060698.JPG

La main noueuse et experte du dinandier, du potier, du tisseur, du sculpteur, adoube l'objet de l'intemporalité des formes, des couleurs et des matières.

L'artisanat marocain offre à la vie, le métissage de l'orient et de l'occident, la palette des couleurs éclatantes, la sensualité des formes et nous emmène aux confins du raffinement dans l'art de vivre.

De la méditerranée, au Sahara et à travers l'Atlas, Datcha vous fait découvrir les trésors somptueux et singuliers de la tradition artisanale marocaine.

Au Maroc, l’idée de la création est à l’image du pays, du peuple et de l’histoire. Le Maroc s’est constitué sur une variété inépuisable de saveurs, de sons, de mots, de gestes, et de parfums. C’est dans l’hétérogène que réside toute la beauté de la création marocaine. Rien ne demeure identique.

Cette quête du beau, cette fascination pour l’ornement, provient d’un rapport singulier au temps. Au Maroc, on prend le temps de travailler avec passion, surtout, avec amour. Le travail de la matière est une entreprise de longue haleine, de rigueur et de connaissance. Datcha accorde alors un intérêt particulier à la démarche de création, au processus créatif. Cet attrait pour l’artisanat marocain s’est concrétisé autour de cet amour de la matière. La fabrication d’un objet artisanal est le fruit d’une longue recherche sur la texture. Avec nos artisans, nous explorons toutes les possibilités d’un matériau.

Combien d’immenses artistes ont eux aussi été émerveillés par ce raffinement inouï, ce goût immodéré du détail. Ils sont venus capter une lumière nouvelle, des couleurs éclatantes. Repensons à Jacques Majorelle lors de sa « première vision marocaine » en 1917, à Delacroix découvrant le royaume avec la mission diplomatique française, à Roland Barthes dégustant un thé dans la médina de Tanger, à l’éblouissement des sens d’un Henri Matisse découvrant son fameux bleu.

Faire entrer l’artisanat chez-soi, c’est une invitation perpétuelle au Voyage. L’objet artisanal vient matérialiser notre rêve d’Orient, de lointain et d’inconnu.

Charles Geoffrion