Datcha

 

Frédéric

Frédéric est un jeune maître-verrier. Il travaille à la campagne, non loin de Paris (France). L’art de travailler le verre est transmis dans sa famille depuis plus de 150 ans. Son entreprise a reçu les labels «Entreprise du patrimoine vivant» et «Ateliers d’Art de France». Il est fascinant de le voir manipuler le verre en fusion et de le souffler à la bouche. Chacune de ses réalisations est une pièce unique. 

Frédéric is a young master glassmaker. He works in the countryside, not far from Paris (France). The art of fashioning glass has been handed down in his family for over 150 years. His business has received the labels, ‘Living Heritage Company’ and ‘Art workshops of France’. It is fascinating to watch him manipulate the molten glass and hand blow it. Each of his creations is a unique piece. 

 
Victor Manuel.JPG
 

Mohamed

Mohamed est potier. Il travaille seul au fin fond de la vallée de l’Ourika au Maroc. Il n’utilise pas de tour électrique mais tourne ses pièces au pied. Comme un magicien, il expérimente énormément au moment de l’émaillage, jette les pigments et les oxydes, enfume l’intérieur du four. Le hasard joue un rôle clé dans sa pratique. Chaque cuisson réserve son lot de surprises. 

Mohamed is a potter. He works alone in the depths of the Ourika valley in Morocco. He doesn’t use an electric wheel but rather rotates his pieces with his feet. As a magician; experimenting considerably at the moment of enamelling, he throws pigments and oxides and fills the inside of the kiln with smoke. Chance is an essential part of his practice. Each round of firing reserves its share of surprises. 

 
Abdessadek.JPG
 

Victor Manuel

Victor Manuel est céramiste à Grenade (Espagne). Son père Manolo lui a enseigné le métier, qu’il tenait lui aussi de son père. Dans cette petite entreprise familiale, on réalise des céramiques de manière traditionnelle, peintes à la main avec des motifs ancestraux, comme ceux utilisés dans la collection « Mogador ». Pour la collection « Gibraltar », nous avons utilisé des motifs inspirés des tapis et tatouages berbères. 

Victor Manuel is a ceramicist in Grenada (Spain). It is his father Manolo who taught him the craft, which he also learnt from his father. In this small family business, they make ceramics using traditional methods, hand-painted with ancestral motifs like the ones used for the "Mogador" collection. For the “Gibraltar” collection, we have used motifs inspired by Berber carpets and tattoos. 

 
Anushree.JPG
 

Anushree

Anushree travaille à Bagru au Rajasthan (Inde) au sein de l’atelier familial. Cette ville est connue pour ces ateliers de«block print», textile imprimé au tampon. Après avoir sculpté les motifs dans des blocs de bois, les artisans les trempent dans une pâte colorée et les tamponnent sur le tissu afin de créer un imprimé. Les couleurs utilisées sont naturelles. Au coeur de la ville, à ciel ouvert, sur des grandes étendues de terre battue, les dizaines de mètres de tissu sont mis à sécher au soleil et à l’air libre. 

Anushree works in her family workshop in Bagru (Rajasthan, India). The town is renowned for its “block print” workshops where cloth is hand-stamped. The craftspeople carve blocks of wood, dip them into coloured pastes and then stamp them onto cloth to create patterns. The colouring they use is all natural. The dozens of meters of cloth are then stretched out on earthen floors across the town centre, to dry outdoors in the sun. 

 
Abdourahim.JPG
 

Abdourahim

Abdourahim est originaire de Salé (Maroc). C’est là qu’il a appris à réaliser des nattes tressées en jonc de rivière. Il travaille chez lui avec son épouse et son apprenti Brahim. Trois pièces de son habitation sont réservées au tressage et à son stockage. Ils réalisent eux-mêmes la coloration des joncs dans des cuves de teinture. Comme pour le tissage d’un textile, les brins sont glissés entre des ficelles tendues sur un métier en bois.

Abdourahim is from Salé (Morocco) where he learned to weave river reed. He works at home with his wife and Brahim, his apprentice. Three rooms in his home are dedicated to the weaving and storing of the river reed. The colouring of the reeds is also carried out by Abdourahim and his small team. As in the traditional manufacture of cloth, the grasses are woven using a wooden loom.  

 
Mohamed.JPG
 

Mohamed

Mohamed est dinandier. Il réalise des objets en métal à Marrakech (Maroc). Il fait preuve d’une grande précision lorsqu’il cisèle ou martèle le cuivre et le laiton. Les motifs gravés sur les timbales en cuivre des bougies de la collection « Gibraltar » sont des motifs traditionnels des tribus berbères de l’Atlas marocain. 

Mohamed is a coppersmith. He makes metal objects in Marrakech (Morocco). He demonstrates a great precision as he chisels or hammers the copper and the brass. The engraved motifs on the copper candles from the “Gibraltar” collection are traditional patterns of the Berber tribes from the Moroccan Atlas Mountains. 

 
Antonio.JPG
 

Antonio

Antonio est potier. Il habite dans un petit village en Andalousie, au sud de l’Espagne. Son frère travaille au tour et Antonio peint les décors sur la faïence. Ces derniers sont traditionnels de cette région, plus spécifiquement du village de Nijar, réputé pour sa vaisselle dans les années 1960. Sur certaines de nos assiettes, nous avons demandé à Antonio d’utiliser une technique d’application de l’émail à l’éponge, le «spongeware», très en vogue au XIXe siècle dans les pays anglo-saxons. 

Antonio is a potter from a small village in Andalusia in Southern Spain. His brother works the wheel, while Antonio paints the earthenware in a traditional regional style originating from the village of Nijar, well known for its tableware in the 1960s. For some of our plates, we asked Antonio to use the 19th century “spongeware” technique, popular in Anglo-Saxon countries, where the coloured enamel is applied with a sponge. 

 
Abderrazak.JPG
 

Abderrazak

Abderrazak pratique la vannerie. Il travaille avec des fibres végétales telles que l’osier et le rotin, près de Marrakech (Maroc). Après les avoir trempées dans l’eau ou passées sous une flamme pour les assouplir, il tresse ces fibres afin de créer du petit mobilier et des objets de décoration. 

Abderrazak is a basket weaver who lives near Marrakesh (Morocco). He works with natural materials such as wicker and rattan. After soaking in water or heating over a flame to make them more flexible, the fibres are woven by Abderrazak to make furniture and decorative items. 

 
Jamal.JPG
 

Jamal & Hassan

Jamal et Hassan sont parmi les rares artisans à encore travailler le bois dans la médina de Marrakech (Maroc). Tous les objets sont taillés, tournés et façonnés à la main. Les bois d’amandier, de noyer et de cèdre utilisés pour les collections « Gibraltar » et « Mogador » ne sont ni traités ni vernis. 

Jamal and Hassan both fashion wood in the Marrakech medina (Morocco). Craftsmen who are still working wood in the old town are rare. All the objects are carved, turned and shaped by hand. Almond, walnut and cedar woods used for the “Gibraltar” and "Mogador" collections are neither treated nor varnished. 

 
Abdessadek.JPG
 

Abdessadek

Abdessadek dirige une coopérative de tisserands à Tamesloth (Maroc) qui fait vivre 40 familles du village. Les tissages sont entièrement réalisés sur des métiers manuels, et les broderies sont elles aussi exécutées à la main. La transmission aux jeunes générations est essentielle pour ces artisans. Ils fournissent aux jeunes du village un métier et préservent ainsi des savoir-faire. La coopérative a obtenu le label national «Morocco Handmade». 

Abdessadek runs a weavers’ cooperative in Tamesloth (Morocco). This provides a source of income for forty families in the village. The weavings are entirely hand-made. The embroidery is also all hand-stitched. Handing down the practice to young generations is essential for these craftsmen. They provide the young people in the village with a profession and, in turn, preserve traditional skills. 

 
Ali.JPG
 

Ali

Ali est teinturier. Il travaille avec son père Sultal dans un petit atelier au coeur de Paris (France). Il réalise des teintures de manière artisanale dans des bassines en inox. Pour la collection « Gibraltar », nous avons utilisé la technique japonaise du Shibori. Après un pliage minutieux, le tissu est teint à certains endroits précis, révélant au dépliage, des motifs étoilés. 

Ali is a dyer. He works with his father Sultal in a small studio in the heart of Paris (France). He makes dyes using traditional methods in stainless steel basins. For the “Gibraltar” collection, we have used the Japanese technique of Shibori. After intricate folding, the material is only dyed in specific places, revealing star-shaped motifs when it is unfolded. 

 
Abdellah Fonderie Datcha
 

Abdellah

Abdellah travaille la fonte de métal à l’ancienne à Marrakech (Maroc). N’utilisant pas de moules, c’est dans de la terre sableuse que la forme de l’objet est estampée et que le métal en fusion est versé. Un fois l’objet coulé, l’empreinte est détruite. Il faut donc recommencer ce procédé pour chaque exemplaire. L’aluminium utilisé est issu de canettes recyclées ou d’autres objets qui sont refondus afin de leur donner une seconde vie. 

Abdellah casts metal using an age-old technique in Marrakesh (Morocco). He creates moulds in sand, in which he pours molten metal. The casting destroys each mould so the process has to be renewed for each item. The aluminium Abdellah uses comes from recycled drinks cans and other used objects, giving them a second life.

 
Youssef Datcha.jpg
 

Youssef

Youssef travaille à Marrakech (Maroc). Il crée des objets en marqueterie d’os. Il scie à la main, très minutieusement, des petites pièces d’os qui seront incrustées sur un support en bois, comblé ensuite à l’aide de résine. Cette technique ancestrale est généralement utilisée pour réaliser des meubles, des encadrements ou des petits objets décoratifs. C’est ainsi qu’on été fabriqués lesdeux modèles de patères au décors abstraits noir et blanc.

Youssef works in Marrakesh (Morocco) where he practices bone marquetry. He intricately hand cuts small pieces of bone and embeds them in a wooden backing, which is then filled with resin. This ancestral technique is usually used to make furniture, frames or small decorative objects. This is how our black and white patterned coat hooks were made.

 
Josep.JPG
 

Josep

L’origine des poteries noires enfumées remonte au néolithique. On les trouve un peu partout à travers le monde. Josep vit et travaille dans un petit village en Catalogne, au Nord de l’Espagne. Dans cette région on pratique la traditionnelle Ceramica Negra (céramique noire) depuis le XIVe siècle. Il s’agit d’une technique de cuisson longue à la flamme. Les poteries sont mises à cuire à l’étouffée dans un four très enfumé. Le carbone en excès va donner sa couleur noire à la terre. Non émaillées, ces poteries ont un aspect mat et charbonneux. De tout le village, Josep est le seul artisan de la nouvelle génération à perpétuer cette technique et à reprendre l’atelier familial. La silhouette de notre carafe s’inspire des traditionnelles gourdes qui maintenaient l’eau au frais toute la journée dans les pâturages. 

Black pottery is a technique dating back from the Neolithic Era and can be found all over the world. Josep lives and works in a small village in Catalonia in Northern Spain. The traditional Ceramica Negra (black ceramics) has been made in this region since the 14th Century. The black pottery is achieved by backing the clay in a smoke-filled oven, the result is that the excess carbon turns the clay completely black. In its raw, unglazed state, the earthenware takes on a mat and charred finish. Josep is the only ne generation artisan in the whole village to carry on this technique and to take on the family workshop. The silhouette of our carafe is inspired by traditional gourds, designed to keep water cool whilst out in the fields.

 
Hicham.jpg
 

Hicham

Hicham est peintre. Il travaille dans la médina de Marrakech (Maroc). C’est avec une très grande précision qu’il applique sur des poteries de l’huile de cade à l’aide de petits tamponsde formes géométriques. Cette « huile » est un goudron extrait du bois du genévrier. On prête à cette préparation beaucoup de vertus et de bienfaits. Traditionnellement, on applique ce liquide noir sur des poteries en terre rouge (cruches et tasses) afin de purifier l’eau et de chasser les insectes. Les femmes berbères en mettent un petit peu sur le visage de leurs enfants afin de les protéger des scorpions et des serpents. Nous avons utilisé ces motifs géométriques complexes sur certaines de nos céramiques, sur les patères en bois peint et sur les coussins.

Hicham is a painter who lives and work in the Medina in Marrakesh (Morocco). He intricately decorates ceramics using cade oil and geometrical stamps. Cade oil or juniper "tar" is produced through distillation of juniper wood and is known for its numerous health benefits. Traditionally, the dark extract is used on pottery (cups and jugs) as an insect repellent and to purify water. Berber women will use it on their children's faces to ward off snakes and scorpions. We have used the complex geometrical patterns on a number of our ceramics, on our wooden coat hooks and cushions.